Gnadoe!

Gnadoeseries gnadoetiques de tous les jours

Une affaire de cheveu sur la soupe

Il y a quelques jours, j’ai failli me faire avaler par une horde de lianes remontées à cause d’une toute petite gnadoeserie publiée sur Facebook qui disait ceci:

Je n’ai rien contre le nappyisme (Je l’encourage d’ailleurs), mais faut-il transformer sa tête en marmite ou en saladier?

Banana Dread, une banane nappy. OK, je sors ----->[]

Banana Dread, une banane nappy.   OK, je sors
—–>[]

Camarades gnadoesards, sans l’intervention salutaire de mon diplomate juriste féministe de frère Aphtalou Salomon Cayamaga, le Collectif Sauvons les Cheveux formé par la Confrérie Internationale des Soeurs Nappy et le Ministère International Messianique  pour la Rédemption Crépue aurait lancé une fatwa pour avoir ma peau. Cela ne m’a quand même pas épargné de recevoir quelques menaces ponctuées de noms de légumes et d’épices. Une nappy énervée vaut une armée d’amazones. Bref, passons.

L’histoire de l’importance vitale des cheveux pour les  lianes a longtemps été un mystère pour moi. Seul garçon d’une fratrie de trois, j’ai grandi au milieu des shampoings, après-shampoings, fils à tresser, tissage, mèches, perruques, démêlants,  défrisant, etc. de mes sœurs et de leurs copines. Je ne comprenais pas leur fascination et leur émerveillement devant des nattes dirigées à gauche plutôt que vers la droite, où la passion dans leurs débats pour démontrer que  X produit de défrisage est plus performant que son concurrent Y. D’autant plus que depuis que je suis petit garçon, j’a toujours ressenti les passages chez le coiffeur comme de la torture. Non mais sérieusement, vu sous un autre angle, aller chez le coiffeur, c’est laisser un humanoïde dont on sait très peu de choses manipuler sa tête avec des objets tranchants et bien aiguisés. Brrrrrrrr!!! Quand j’ai posé la question à ma maman, elle m’a dit: « Mon fils, ne cherche pas à comprendre les femmes, accepte-les ». Depuis que j’ai fait de cette assertion parole d’évangile, ma vie est devenue meilleure.

Il faut avouer que dans cette histoire de cheveux, les femmes souffrent. Il suffit de voir l’expression de leur visage après une séance chez la tresseuse. Un mélange de mimique after-botox et de crampe des zygomatiques. Ou alors, scrutez leur cuir chevelu après une séance de défrisage qui a un peu trop duré. L’aspect de la savane après un feu de brousse… C’est peut être pour les soulager de toute cette souffrance qu’en 2006, le ministère de l’enseignement avait sorti un décret imposant à toutes les filles dans les établissements publics de se couper les cheveux (certains établissement privés même avaient suivi). Finis les torrents de mèches descendants jusqu’à la croupe, finies les coiffures rivalisant avec la tour de Babel. Retour au naturel obligatoire. Le nappyisme dictatorial. Camarades gnadoesards, je vous avoue que c’est ainsi que j’ai pu avoir une lueur de percée sur le mystère de l’importance des cheveux pour les lianes. Les formes de tête, on en a découvert! Depuis les pioches aux marteaux pilons, en passant par quelques spécimen atteints de calvitie (j’exagère à peine hein!). On dit souvent que la beauté d’une femme se voit au réveil. Moi je veux ajouter que la beauté d’une liane s’évalue les cheveux courts.

Dans tout ce tohu-bohu, soyons clairs: les vrais nappys, ce sont nous les hommes. Nous, nous n’avons jamais mis de mèches sur notre tête pour « avoir les cheveux lisses et soyeux comme ceux des blancs ». Nous, nous n’avons jamais mis de la soude sur nos cheveux pour les rendre moins crépus. Nous, nous avons toujours assumé la forme gondolée de notre tête. Le retour au naturel pour nous, c’est depuis la nuit des temps. Mais, bon, comme c’est l’égalité des genres qui est à la mode maintenant, nous aussi, les hommes de la team Gnadoe, nous avons décidé de lancer notre mouvement pour concurrencer le nappyisme: « le mouvement bearded« . Le concept est simple: laisser pousser notre barbe au naturel et ne plus se raser pour plaire au diktat de la gent féminine et des blancs (Non mais, qu’est-ce que je divague!). Et si vous êtes imberbe comme Aphtal, ce n’est pas bien grave. Je connais une mixture à base de banane, miel, gombo, moutarde, mayonnaise, yaourt, germe de blé, levure de bière, tofu, plume de coq blanc, écrin de cheval et larme de caïman qui peut vous donner la barbe d’Abass Kaboua à sa sortie de prison en seulement une semaine. C’est maintenant qu’ on va voir qui sont les vrais activistes de la pilosité! :p

Maintenant, crucifiez-moi! [Aristo Le Bledard Voice] :p

Suivez moi sur @KellyGeek ou participez à la conversation avec te tag #Gnadoe.

Publicités

À propos de kellyadediha

@KellyGeek ICT|Development|Business|Africa

2 commentaires sur “Une affaire de cheveu sur la soupe

  1. Andréa Rokya Djahi
    avril 3, 2014

    Mouffff hein toi…

  2. Sandy Candy
    avril 3, 2014

    Amoufff…je te rappelle que le culte des cheveux a impliqué aussi les hommes de l’ancien temps (Samson, moise, joseph…ils étaient ts chevelus)…ensuite euh les hommes ne st pas si nappy avec vos waves et consort…sinn pour le mouvement bearded al kaida n’est pas loin..Ss mdr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 2, 2014 par dans Gnadoe tout court!, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

#Gnadoe

De Dakar à Douala, de Ouaga à Lomé, Gnadoe, Kpakpatoya, Kongossa, etc, etc.
%d blogueurs aiment cette page :